Réflexion de Décembre

Dans quelques semaines, nous fêterons Noël. Nous pouvons d’ores et déjà constater la profusion d’objets, de denrées...que bon nombre d’enseignes commerciales aimeraient nous voir acheter car comme le disait Alain Souchon dans sa chanson « Foule sentimentale » :

« On nous fait croire, que le bonheur c’est d’avoir, de l'avoir plein nos armoires... »

 

Pour nous, Noël suscite une réflexion sur donner et recevoir.

 

Donner, offrir, c’est créer un lien avec l’autre et lui donner un peu de soi, de sa réflexion, de sa manière de le voir, d’être.

C’est partager sa vision sur ce qu’il aimerait recevoir, ce qui comblerait son cœur, ce qui contribuerait à son bonheur.

Donner c’est un geste qui vient de l’intérieur vers l’extérieur. Dit comme cela, on voit bien que donner c’est s’ouvrir et donc cela peut susciter aussi de la peur, de la vulnérabilité ; si bien sûr, le présent offert est profond, qu’il vient du cœur et non, qu’il réponde à une convention sociale.

Donner c’est aussi permettre au donneur de s’interroger sur le pourquoi de son geste.

 

Pourquoi donner ?

Beaucoup de possibilités s’offrent à lui : donner par habitude, par attente d’un rendu, par politesse, par peur… ou donner le cœur ouvert pleinement à l’autre.

Et, il n’y a don que si l’autre reçoit le présent proposé.

 

Savons-nous recevoir ?

Recevoir, c’est accueillir dans son cœur le présent, la part que l’autre nous offre et souhaite nous remettre.

C’est une opportunité inédite de faire un peu de place en soi pour recevoir cette part de différence en nous et la faire grandir.

 

Mais, il est aussi important de se rappeler qu’on est libre d’accueillir ou non le présent que l’autre souhaite nous faire.

Comme le disait le Bouddha face à une personne très agressive : « Ta colère est un don que je ne ne peux recevoir. »

 

Faire un présent, c’est avant tout créer un lien. Le présent matériel permet de fixer visuellement cela. Si on observe l’acte de donner, on constate alors un infime moment où l'on ne peut plus distinguer les mains de celui qui offre, des mains de celui qui reçoit. Il y a juste LIEN.

Ce lien est d’autant plus fort qu’il est invisible, immatériel, que le présent offert n’est connu que des deux personnes concernées.

Et comme, il est toujours important de revenir aux sens des mots, nous avons recherché des synonymes au verbe donner ; nous avons découvert le verbe "révéler".

 

Voici donc notre cadeau pour les fêtes : une réflexion...

Faire un présent, n'est-ce pas au final, accueillir la révélation de l’autre en soi ?

 

Très belles fêtes, dons et révélations à toutes et tous.

 

Katia & Jérémie