C’est quoi être aligné et comment y parvenir ?

C’est quoi être aligné et comment y parvenir ?

Parfois, nous avons l’impression d’être pressé, oppressé par certaines situations de vie qui nous malmènent. Les questions abondent, le corps se tend, nous sommes à fleur de peau émotionnellement.

C’est alors que nous sommes embarqués dans un cercle vicieux faisant que le temps s’accélère et génère du stress. Nous passons par une forme de mal être mais cela n’est pas une fatalité.

Que se passe-t-il en nous lors de telles situations ?

Nous allons présenter notre approche en considérant l’Homme sur 3 dimensions : mentale, physique et émotionnelle.

Face à un évènement, l’Homme reçoit toutes sortes d’informations qui vont avoir une influence sur ces trois dimensions car elles sont intimement liées.

Chacun d’entre nous aura une disposition à favoriser l’une ou l’autre d’entres elles ; il nous reste donc à constater, avec douceur et sans jugement,  celle que l’on privilégie.

Si nous mettons sous silence une ou l’autre de ces trois dimensions, l’équilibre n’est plus, nous perdons alors notre alignement et nous vivons l’expérience dans le passé ou le futur au travers de nos émotions non exprimées et de nos peurs. Nous passons à coté du moment présent, du message envoyé par la vie par le biais de cet événement.

Comment s’en rendre compte ?

Nous pouvons avoir la tête pleine, être submergés par nos émotions, ressentir des douleurs physiques.

Chacun de ces signaux, généré par notre instinct de survie, est là pour nous aider à vivre au mieux la situation et lui donner du sens d’où l’importance de les écouter.

Ressentir et vivre ces signaux est nécessaire afin d’accéder à leur message et entrer dans la phase de résilience.

Que faire alors pour retrouver son alignement ?

Si l’équilibre est perdu, ce qui est très probable, nous sommes invités à le retrouver en nous plongeant dans les dimensions laissées de coté ou sur investies.

Si nous sommes trop dans le mental, notre ego veut tout contrôler, il nous ramène au « JE ». Il est bon d’essayer d’apprivoiser celui-ci et pour se faire, nous pouvons pratiquer un exercice physique en pleine conscience avec comme média notre respiration et prendre le temps de ressentir ce qui se passe dans notre corps. Une fois apaisés, nous mettons le mental au service de l’ouverture à soi et aux autres. Nous évitons la dispersion et nous sommes plus à même de ré-interroger nos fausses représentations.

Si la situation est cristallisée au niveau du corps, alors, celui-ci va se manifester en nous envoyant des messages de mal être. Il est important de prendre le temps de ressentir pleinement le/les blocage(s), la douleur, la sensation qui s’éveillent en nous et écouter ce qu’ils ont à nous dire car « la mal a dit »… Oui, mais comment entendre ce qu’elle a à nous dire ? 

C’est en posant le corps que nous pouvons l’entendre. Mais comment faire silence ? 

Pour se faire, il est pertinent de se reconnecter, une fois de plus, à notre respiration, notre souffle.

L’émotion non exprimée est située entre le mental et le corps. Elle est à l’origine des deux situations précédentes.

Si nous sommes dans l’émotionnel, c’est par l’accueil sans jugement de l’émotion et la respiration que l’équilibre sera rétabli et que celle-ci va reprendre sa juste place.

Vers quoi tendre pour être aligné ?

Nous proposons, de considérer cet équilibre au quotidien. Ecouter sa petite voie intérieure, sentir son corps, apaiser le mental, s’exprimer, bouger, expérimenter afin de pouvoir connecter ces trois dimensions et éviter le débordement de l’unes d’entre elles.

Nous vous invitons à considérer la respiration comme la clé de voûte de votre équilibre et à y prêter une attention particulière.

Comment y parvenir ?

Voici une proposition.

Prendre un temps chaque jour de répondre à nos besoins, de respirer. Il est préférable que cela soit chaque jour sur dix minutes, plutôt, qu’une fois par mois une heure. Nous évitons alors d’accumuler trop de stress dont il sera plus difficile de se séparer.

C’est la technique du petit pas. Si nous faisons un petit pas chaque jour, à la fin de la semaine nous aurons avancé sans nous malmener et nous pourrons ainsi remplacer une habitude par une autre et ressentir pleinement le présent. Nous vivons !

De plus, il est important de ne pas attendre de traverser une crise pour mettre cela en place. C’est quand tout va bien pour nous que ce changement est plus aisé car nous le choisissons.

Voici des expériences intéressantes à vivre. lors d’un soin ou d’un massage russe avec une approche émotionnelle, le thérapeute, le partenaire pointe une tension, un noeud physique qui sera en lien avec une mémoire émotionnelle.

Si le choix est fait par le massé de s’ouvrir à l’émotion réveillée, c’est par le souffle que cette mémoire pourra être libérée.

Ce souffle se manifestera par des paroles qui n’avaient pas été exprimées, par une respiration particulière… Mais, comme il est mentionné précédemment il s’agit bien du choix de la personne porteuse de la mémoire, car elle, seule, peut décider de la libérer ou non.

Ainsi , appliquons ces principes avec une infinie douceur envers nous-même car tout ce que nous vivons dans le présent est le fruit de notre histoire personnelle et collective. Cette histoire génère des peurs, des mémoires émotionnelles que seule l’expérimentation dans le présent nous permet de libérer et d’entamer le processus de résilience, d’alignement corps-émotion-mental.

Petit à petit, de nouvelles possibilités vont alors s’offrir à nous pour nous permettre de nous rapprocher de notre essence, de la joie, du bonheur…

Bon alignement…

Jérémie & Katia

Laisser un commentaire

Fermer le menu