Programme détaillé du stage

Le tableau ci-dessous détaille les axes de travail et les apports aussi bien dans la pratique martiale que dans la vie quotidienne.

Pratique martiale Axes de travail Vie quotidienne
Respirer et rester connecté quelque soi
l'effort réalisé et/ou l'attitude de l'adversaire.
Aligner son corps dans l'effort pour le
préserver.
 

Développer sa respiration, sa posture, sa

connexion avec soi, avec l'autre.

Respirer et accueillir toutes situations mêmes celles qui sont problématiques car respirer ne change pas la situation mais...elle nous permet de la voir différemment.
Maintenir une vision périphérique de la
situation et garder attention, lucidité, mesure pour répondre à une attaque.
Développer son attention et ses instincts
guidés.
L'attention c'est ce qui nous permet d'être pleinement dans le moment présent et donc d'accueillir le quotidien en ne se mettant pas dans le réflexe mais en guidant ses instincts avec douceur et sans culpabilité.
Le mouvement c'est la vie ! Développer sa
mobilité et ne plus être tributaire des lieux,
des personnes c'est créer en soi et pour soi
de la liberté et de l'efficacité.
Développer sa tonicité musculaire, sa
puissance et sa densité physique.
Développer sa mobilité debout, au
sol....quelque soit les lieux, la situation de
tension ;
Le travail au sol, c'est l'art de se
reconnecter à la Terre, de vivre l'évolution
de l'Homme : passer de la position
quadrupède à bipède et inversement.
Travailler au sol ou plutôt avec le sol, c'est
devenir libre de ses mouvements, c'est
bouger dans toutes les dimensions. Aller au
sol, ce n'est pas nécessairement chuter,
c'est se reconnecter à la Terre nourricière,
c'est voir et vivre en elle, cet élément qui
nous supporte et nous porte.

Il s'agit d'apprendre à se mettre sur la fréquence RMC :

Respiration- Mobilité-Connexion. Apprendre à remettre son corps en mouvement c'est lui offrir un élan et une possibilité de libérer les tensions emmagasinées. Savoir bouger, aller au sol, c'est accueillir et ne plus subir l'événement, le conflit. Il y a un lien très fort avec la communication non-violente.

Gérer sa peur mais aussi son agressivité.
Ne pas dépendre émotionnellement d'un
objet. Développer sa perception du danger
et non plus ses peurs qui sont sources de
déséquilibres émotionnelles et physiques : lien avec l'instinct guidé.
Garder sa vision périphérique par la respiration.
Évoluer avec des armes (couteaux, bâtons,
cordes...), des coups de poing, de pied afin
de développer sa gestion du stress et des
peurs.

Apprendre combien une arme peut être un très bon outil pour  trancher...vos idées reçues.

Apprendre à accueillir et donner.
Utiliser sa respiration comme outil de
gestion du stress.

Apprendre à lire le corps de l’autre (tension-
détente) et utiliser cette lecture pour guider le partenaire où on le souhaite.

Savoir écouter, soigner, réparer son corps quand on le sent tendu.

Ancrer et incarner son corps pour
développer sa confiance, ses compétences
martiales, sa détermination.
Ex : Massage russe, auto-massages, relaxation harmonique...
Unir sa respiration et sa connexion au
corps pour le préserver, le soigner.
Devenir votre propre système : corps,
cœur, esprit. Apprendre un recevoir un
coup de poing, c'est un outil pour au
quotidien revoir l'adversité quand elle se présente (et elle se présente parfois souvent). Si on est unifié alors il se crée en nous une unité qui nous permet d'avancer avec détermination et confiance.
Développer son calme intérieur pour
prendre pleinement confiance de ce qui se
passe en soi et autour de soi. Il s'agit de
développer sa lecture du monde. Les arts
martiaux sont exigeants, la joie permet de
transcender la difficulté et d'être soi. Être un bon combattant c'est être aussi créatif et audacieux, le froid permet de retrouver cela.
Développer son calme intérieur et sa joie
par le biais du froid.
Le travail par le biais du froid c'est aller chercher au plus profond de soi son essence, son enfant intérieur, celui qui est plein de jeux, de joie et d'audace...celui qui EST.