Et si on se connectait ?

Et si on se connectait ?

L’époque que nous vivons est exceptionnelle et je ne crois pas me tromper en disant cela. Et à situation exceptionnelle, remède exceptionnel !

Je ne suis pas médecin mais j’ai la conviction que nous avons la responsabilité de prendre soin de nous-même, de notre environnement et des Hommes qui nous entourent.

En partageant cet article, je compte concrétiser une partie de ce que je perçois comme étant de ma responsabilité.

Ainsi, je vous propose d’une part de partager ma vision du lien qui nous unit et, d’autre part, une application concrète qui je l’espère vous donnera envie de l’expérimenter..

I. Nous sommes liés et nous sommes des êtres capables de synchronisation

Le postulat de base de cette proposition est que : nous sommes liés les uns les autres par le biais de champs interactifs qui interagissent à travers l’espace et le temps.

Ce postulat peut relever par exemple de la croyance religieuse, de la croyance en un Dieu, de l’Univers, de la Nature, de l’intime conviction… De manière commune, cela touche à notre intimité, notre intention, notre conscience au-delà de nos pensées et de notre capacité d’analyse. Cette connexion touche à notre cœur, notre corps et à notre cerveau. Aujourd’hui, je vous propose un éclairage en lien avec les sciences.

II. De la théorie

Afin d’étayer mon propos, je vais citer des expériences faites par différents groupes de recherche et qui vont à l’encontre de notre vision mécaniste de causalité dans l’espace et le temps :

  • W. Braud et son équipe ont montré une interaction anormale entre des individus distants géographiquement les uns des autres (1) . Pour se faire, il y avait deux groupes de personnes. Un groupe de 7 individus qui était chargé soit de calmer ou d’activer à distance l’activité électrodermale d’une personnes dans un groupe de 10 personne qui faisait office de cible. Il a été mesuré une évolution de l’activité électrodermale des personnes cibles suivant l’influence mentale du groupe de 7.
  • Plus tard, une équipe de la Heath Mate Institute, aux États-Unis, a pour cette étude mesuré en plus l’activité cérébrale et cardiaque des personnes cibles. Les personnes cibles cette fois-ci étaient placées devant un écran d’ordinateur présentant ponctuellement des images donnant lieu à des émotions pour celui qui les regarde. Jusqu’ici, rien de surprenant mais ce qu’ils ont démontré est que le cœur réagissait avant le cerveau et même avant que l’image ne soit affichée sur l’écran (2). De plus, cet effet se trouve renforcé lorsque le sujet se trouve dans un état de cohérence cardiaque. Un constat semblable avait déjà était fait dans les années 40 lors d’opération du cerveau de patients épileptiques dont l’électroencéphalogramme montrait une activité avant que le chirurgien ne donne une consigne au patient comme par exemple de bouger un doigt (3).
  • La Hearth Mate Institute a également montré en 2004 que l’intuition est le fruit d’un lien profond entre le cerveau, le corps et le cœur (4) . Cette institut émet également l’hypothèse que le cœur a accès aux domaines de l’information quantique non contrainte par l’espace et le temps.
  • Le psychologue Johan Arden élabore un concept basé sur la physique théorique pour l’étude de la conscience. Il expose que des choses éloignées dans l’espace et le temps peuvent s’influencer mutuellement (5) et il cite un exemple connu : le vol synchronisé des nuées d’oiseaux ou les trajectoires des bancs de poissons.

Il s’agit ici de seulement quatre exemples pour susciter votre intérêt mais la liste est longue…

III. À la pratique

Concrètement, voici ma proposition pour une pratique individuelle et collective puisque la distance et le temps n’ont pas d’importance.

  • Individuellement, je vous invite à pratiquer des exercices méditatifs que vous connaissez déjà, pratiquer la cohérence cardiaque, détendez-vous pour apaiser votre mental (étirements, danse, mouvement, écouter de la musique…)
  • Collectivement, pratiquez la prière, la méditation ou la cohérence cardiaque, avec une intention de bien-être pour vous et également une intention de bien-être pour un groupe ou un réseau auquel vous appartenez. Pour cela, prévoyez des plages horaires communes et/ou pratiquez également à votre rythme.

Pour ce qui est du temps de pratique, quelques minutes suffisent pour avoir un effet à titre personnel et collectif. L’association Libre comme l’Arbre propose à ces membres ainsi qu’à toute personne souhaitant rejoindre le groupe des temps de pratiques et de synchronisation.

Cela aura pour effet d’entretenir et de renforcer le lien d’humanité, d’amitié qui nous unit et qui a été nourri lors de nos précédentes rencontres.

Ainsi, j’ai la conviction que nous passerons au mieux cette période virale et saurons être présents pour l’après que nous préparons déjà.

Et si nous nous synchronisions comme le font ces métronomes en faisant vibrer la santé et la gratitude ? Et si nous construisions ensemble le vie à laquelle nous aspirons en développant notre conscience et notre capacité de concentration ?

Pour cela, surveillez votre boîte mail, une invitation vous sera envoyée.

Merci et à bientôt.

Jérémie

(2) McCarty Rollin et al, « Electrophysiological evidence of intuition : Part 1.The surprising role of the heart« , Journal of Alternative and Complementary Medecine, 10 (1), 2004, p. 133.
(3) Durka P. et al., « Time-frequency microstructure of event-related desynchronization and synchronization », medical and biological engineering and computing, 39, 2000, p. 315.
(4) McCarty Rollin et al, « Electrophysiological evidence of intuition : Part 2.A system wide process ?« , Journal of Alternative and Complementary Medecine, 10 (1), 2004, p. 133.
(5) Arden John, Science, Theology and Consciousness, Wesport, Praeger, 1998, p. 104.
 

Laisser un commentaire