Bien voir les yeux bandés

Bien voir les yeux bandés

Durant le confinement, Jérémie et moi avons décidé de réaliser une expérience que Konstantin Komarov conseille souvent.
En stage, celui-ci nous a expliqué que si on veut développer nos perceptions, il existe un moyen efficace : passer une journée chez nous les yeux bandés et vivre comme nous le ferions habituellement.


Bon, l’idée était séduisante mais jusqu’à présent, nous nous étions trouvés quantité de raisons pour ne pas le faire. Et puis, vint le confinement et donc l’occasion d’avoir du temps (beaucoup de temps) à la maison.

Nous l’avons fait à tour de rôle (pour la sécurité de notre habitation) 24h puis, fort de cette expérience particulière, nous l’avons refaite 48h également à tour de rôle.

Qu’avons-nous appris, ressenti de cette expérience ?


Tout d’abord, il y a eu la découverte de notre environnement d’un point de vue corporel, c’est notre corps qui nous a donné les contours de notre espace alors nous avancions lentement, méthodiquement. Ainsi, le rapport au temps a changé. Bienvenue dans le monde de la lenteur.
Oui, nous avons pris notre temps pour aller d’un point à l’autre, attraper un objet, préparer notre thé….
Donc, nous avons ressenti plus la matière, les éléments sur notre corps ou dans notre corps.

Et puis, nous avons pu prendre conscience de nos conditionnements (allumer la lumière quand on rentre dans les WC, alors qu’on a les yeux bandés). Oui, nous agissons en pilotage automatique sans remettre en cause cela même si l’action conditionnée n’est plus en adéquation avec la situation, nos besoins.…
Cette expérience nous a pointé ces différents conditionnements. Nous avons ainsi pris conscience que si nous changeons un conditionnement, nous sommes à même de faire évoluer notre perception de l’environnement, les actes posés et donc leur impact sur nous.

Ces prises de conscience et les nouveaux choix mis en place ne purent se faire uniquement parce que nous étions dans un état mental, émotionnel et corporel présent. Les yeux bandés, tu ne penses pas à hier ou à demain, tu es pleinement dans le présent.

Les yeux bandés, ce fût aussi l’occasion de nous connecter au spirituel : toute la vie qui s’écoule en nous.

Et puis, petit à petit, des automatismes ou de nouveaux conditionnements se sont mis en route. Nous avons pris de l’assurance, de l’aisance à nous déplacer et à faire confiance à nos autres sens.
En effet, si dans cette expérience, nous nous sommes privés de la vue, et bien nous avons aussi permis à nos autres sens de prendre de l’essor.

Privés de la vue, nous avons écouté, touché, senti et ressenti différemment les choses.

Privés de la vue, nous avons ressenti de l’agitation autour de nous. C’était comme si en ayant les yeux bandés, nous percevions davantage l’énergie autour de l’autre et donc l’agitation de l’autre également.

Cette expérience nous a permis un très grand moment d’introspection, d’aller en nous et profondément car les yeux bandés, impossible de se réfugier dans des activités (lecture, Internet, …) qui peuvent nous détourner des « dossiers perso » à traiter et que nous évitions avec une certaine régularité jusqu’à présent.
Oui, les yeux bandés, et bien nous avons dû voir en face ces fameux dossiers et aller poser des actes pour les alléger.
Mais cette situation nous a offert la possibilité de ressentir avec plus d’intensité la gratitude et les beautés qui nous entourent.

Merci à Konstantin de nous avoir proposé cette expérience. Nous ressentons de la gratitude à avoir eu et pris le temps de vivre pleinement celle-ci parce qu’il y a un avant et un après…

Finalement, nous nous sommes demandés si nous ne voyons pas mieux les yeux bandés.

Katia & Jérémie

Crédit photo :  Iwata on Unsplash

Laisser un commentaire