Se laisser le temps d’infuser

Se laisser le temps d’infuser

Le temps de ce mois de janvier est un temps idéal pour se préparer et boire une infusion.

Je prends donc ladite infusion, la dépose dans le tamis que je vais mettre délicatement dans ma tasse et je verse de l’eau à bonne température. Puis…j’attends le temps nécessaire pour qu’elle infuse, qu’elle se marie avec l’eau chaude, qu’elle révèle ses odeurs, ses valeurs et ses vertus médicinales.

Là, vous vous dites « Et alors ? »

Et bien, lorsque je me prépare une infusion, je sais et j’accepte qu’il y ait dans ce processus le temps d’infusion car sans lui, point de boisson savoureuse.

Qu’en est-il de nous ? Nous laissons-nous le temps d’infuser au quotidien ?

Lorsque vous rencontrez une grande réussite, prenez-vous le temps de célébrer celle-ci ?

Mesurez-vous les efforts, le courage, la persévérance peut-être qui ont été nécessaires pour réussir.

Le temps d’infusion vous permet de prendre de la distance avec l’événement tout en mesurant le processus d’action, d’évolution.

Je parle de réussite mais qu’en est-il lorsque vous rencontrez des difficultés ? Prenez-vous le temps de vous arrêter et de prendre du recul sur la situation, de la voir avec des yeux nouveaux ? Des yeux reposés ? Des yeux clairvoyants ? Le temps d’infusion pour cette situation-là se retrouve dans la marche car nous nous mettons à notre propre rythme, au diapason de nos pas et nous voyons vers où ils nous amènent.

Dans chaque pas, nous apprenons.

Un apprentissage, une expérience se produit selon globalement cinq phases et entre chacune d’elle, il y a un média nécessaire et même indispensable : le temps.

Voici ces cinq phases et l’importance du temps entre elles :

– Être motivé, avoir envie/besoin ;

Temps qui permet de définir vers où et comment en savoir plus mais aussi de définir une stratégie de méthodologie pour aller vers l’exploration du sujet.

– Explorer, découvrir le sujet ;

Temps qui permet de vivre des expériences variées pour faire ressortir et ressentir celles-ci. 

– Structurer ce qui est appris, vécu ;

Temps qui permet de conscientiser les expériences et les découvertes vécues et d’y associer du sens. C’est le moment où nous pouvons acquérir la capacité de décider de l’action que l’on peut accomplir au regard de nos nouveaux savoirs.

– S’approprier cela  ;

Temps qui permet d’ancrer ces nouveaux savoirs en soi pleinement et de les faire résonner dans plusieurs domaines, et de continuer à les interroger et leur donner du sens.

– Etre capable de transférer ce nouveau savoir.

Lors des cours de Systema, nous vivons ces cinq phases et c’est le temps qui permet de passer d’une phase à l’autre.

Cela est encore plus fort lors du massage russe car tout nos sens sont mis en action et on est pleinement dans le corps.

Le temps doit être considéré comme un allier, c’est pour cela que souvent lorsqu’un pratiquant vit quelque chose de fort, il m’arrive de demander à son partenaire de le laisser ….infuser et ainsi lui permettre de vivre et être le savoir, la nouvelle « leçon » du jour.

Très bonne infusion à toutes et tous.

Katia

Laisser un commentaire

Fermer le menu